You are here

Le Matching Grant une opportunité pour booster la production agricole au Niger

Une mission d’information et de sensibilisation du PASEC sur le Financement à Frais Partagés ou Matching Grant a eu lieu du 21 au 30 octobre 2018 dans les régions de Zinder, Maradi et Tahoua. Objectifs : informer et sensibiliser les acteurs sur les activités éligibles, le processus de soumission des dossiers de sous projets depuis l’élaboration, l’instruction, l’approbation, le décaissement et la réalisation des investissements.
La mission du PASEC a démarré par la région Zinder, puis Maradi et enfin Tahoua. Au niveau de chaque région, la mission était accompagnée par les membres des Unités d’Appui Régionales.
Dans la région de Zinder, 1ère étape, la mission s’est successivement rendue dans les communes de Wacha, Bandé et Doungou où elle a animé des Assemblées Générales et effectué des visites de terrain notamment sur certains sites proposés pour la démonstration des technologies AIC. Dans la région de Maradi, 2ème étape, la mission a tenu des assemblées générales dans les communes de Madarounfa, Gabi, Tibiri et Safo. Les principales questions soulevées par les participants sont relatives notamment au sort réservé aux dossiers des 1ers appels à sous projet du Matching Grant, le choix des opérateurs pour l’élaboration des dossiers, les procédures de passation de marchés, etc.
Dans la région de Tahoua, la mission s’est rendue dans les communes de Madaoua, Sabon Guida et Bazaga ou elle a rencontré les producteurs aux cours des Assemblées Générales. La mission s’est rendue sur deux sites d’un promoteur individuel de la Commune Rurale de Sabon Guida dont le dossier a reçu l’aval du CRAP de Tahoua. La commune rurale de Bazaga dans le département de Konni a constitué la dernière étape de cette mission.
Le Matching Grant n’est pas un crédit, mais un appui que le gouvernement à travers le PASEC apporte gracieusement aux producteurs pour développer leurs activités dans le secteur agricole. Ces appuis ont été catégorisés et nécessitent certaines conditions notamment la participation financière à hauteur de 20% pour les groupements des femmes et des jeunes, de 30 à 40% pour les groupements mixtes (hommes-femmes) selon le type de culture (pluviale ou irrigué) et 50% pour les petites et moyennes entreprises agricoles de type individuel et surtout la clarification du statut foncier du site sur lequel le projet doit intervenir. Quant à la contrepartie demandée, elle permet de mesurer l’engagement des postulants. Au cours des échanges, les questions ont porté sur l’embouche, le délai d’élaboration des dossiers, la qualité des dossiers éligibles, les GSC formés par le PASEC pour l’élaboration des dossiers, etc.
Partout où elle est passée, la mission a expliqué aux producteurs les bonnes pratiques AIC notamment l’utilisation de l’énergie solaire, du compost, l’association agriculture/élevage. L’on a particulièrement insisté sur la nécessaire mise en commun des efforts pour les producteurs partageant les mêmes espaces, la prise en compte des femmes et des jeunes à hauteur de 40%, la sécurisation foncière et la durabilité des investissements consentis par le projet.

Composante 1

Composante 1 : Investissements pour la mise à l'échelle de l'Agriculture Intelligente face au Climat (68 millions de dollars)

Composante 2

Composante 2 : Pratiques innovantes et amélioration des services en faveur de l’agriculture intelligente face au climat (33 millions de dollars)

Composante 3

Composante 3 : Mécanisme de réaction rapide face à l’urgence (0 dollar)

Composante 4

Composante 4 : Coordination et gestion du projet (10 millions de dollars)

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer