You are here

Réunion d’échange

Le PASEC lance un cadre de concertation des acteurs de la mise en œuvre de la sous composante transfert de technologies.
Début ce matin à Niamey d’une réunion d’échange entre l’équipe de l’Unité de Coordination Nationale du PASEC (Projet d’appui à l’Agriculture Sensible aux risques Climatiques) et les représentants des structures partenaires de mise en œuvre de la sous composante transfert de technologie (Champ Ecole des Producteurs). Il s’agit des représentants de la Direction Générale de l’Agriculture, de la Direction Générale du Génie Rural, de la Direction Générale de la Production et des Industries Animales, de la Direction Générale de l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger, du Réseau des Chambres d’Agriculture, de la FAO et de l’ICRISAT.
La réunion qui se veut désormais comme un cadre de concertation permettra à chaque partenaire de faire le bilan des activités conduites en 2018 en matière de CEP (réalisations, leçons apprises, difficultés et recommandations) et proposer une feuille de route pour le premier trimestre 2019. La réunion leur permettra également à ces acteurs de mise en œuvre de la sous composante transfert d’échanger entre eux en vue d’obtenir de meilleurs résultats dans le cadre de leur collaboration.
En ouvrant les travaux, le Coordonnateur National du PASEC s’est félicité de la présence effective de toutes les structures concernées. BOLA Moussa a saisi l’occasion pour inviter les partenaires à être pro actifs dans le cadre de la mise en œuvre des activités qu’elles ont-elles mêmes programmées et faire diligence pour la transmission des rapports d’activités dans les délais convenus. Ceci permettra à l’UCN de renseigner les indicateurs à temps. Parlant de la conduite des CEP, le Coordonnateur National du PASEC a expliqué que la nouvelle vision du projet consiste à étendre les activités de champ école aux domaines de l’Elevage et de l’Environnement. Il s’agira donc de champs écoles intégrés qui ne se limitent pas à la seule agriculture. Par exemple les bonnes pratiques telles que la RNA doivent être prises en compte afin d’améliorer la productivité. En terminant son allocution, BOLA Moussa a lancé un appel aux partenaires pour une mise en œuvre diligente du PTBA 2019. Car a-t-il conclu chaque fois que la mise en œuvre du projet prend du retard, ce sont les bénéficiaires de ces actions salvatrices qui sont pénalisés.

Composante 1

Composante 1 : Investissements pour la mise à l'échelle de l'Agriculture Intelligente face au Climat (68 millions de dollars)

Composante 2

Composante 2 : Pratiques innovantes et amélioration des services en faveur de l’agriculture intelligente face au climat (33 millions de dollars)

Composante 3

Composante 3 : Mécanisme de réaction rapide face à l’urgence (0 dollar)

Composante 4

Composante 4 : Coordination et gestion du projet (10 millions de dollars)

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer