You are here

Visite sur le site de Sakala Gonga BDL (Bio-reclamation of Degraded Lands)

Une équipe du PASEC conduite par son Coordonnateur National, M. BOLA Moussa et une équipe de l’ICRISAT conduite par le Représentant Pays, M. Malick Ba se sont rendus le mercredi 22 mai 2019 sur le site BDL (Bio-reclamation of Degraded Lands) ou Récupération Biologique des Terres Dégradées du village de Sakala Gonga, Commune Rurale de Falmey, département de Falmey, région de Dosso. L’objectif de cette visite pour l’équipe du PASEC est de voir les activités menées sur le site, rencontrer et échanger avec les femmes bénéficiaires afin de recueillir leurs témoignages et s’inspirer de ce modèle d’aménagement de terres récupérées afin de le mettre à l’échelle.
Rappelons que dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux Risques Climatique (PASEC) l’ICRISAT en consortium avec le CCAFS (Climate Change Agriculture and Food Security/ Changement Climatique, Agriculture et Sécurité Alimentaire) a signé un contrat de prestation avec le projet pour promouvoir les technologies AIC (Agriculture Intelligente face au Climat) auprès des populations et des communautés du Niger. Dans le cadre du volet transfert de technologie, le centre sahélien ICRISAT apporte une Assistance Technique au PASEC pour la dissémination des technologies éprouvées au profit des producteurs de sa zone d’intervention. La récupération des terres de glacis et leur mise en valeur font partie des technologies dont dispose l’ICRISAT.
Le site de Sakala Gonga récupéré et mis en valeur par les groupements féminins est une réussite dans cette démarche. Le système de Récupération Biologique des Terres Dégradées expérimenté sur ce site a connu un franc succès auprès des femmes. Ce sont des terres totalement dégradées sur 3 hectares qui ont été récupérées et aménagées au profit des 100 femmes du groupement. Dans le cadre de la récupération de cet espace quelques 300 demi lunes ont été confectionnés, 600 tranchées et 32 800 Zais ont été creusés. Ces ouvrages ont permis de planter 300 pommes du sahel, 600 plants de moringa et la pratique des cultures annuelles de l’oseille, du gombo et de la tomate hivernale. A l’intérieur de la clôture grillagée 2 haies vives ont été plantées avec 4000 plants de bauhinia en guise de brise vents. Une charrette asine a été mise à la disposition des bénéficiaires pour alléger le problème d’eau. Mieux un forage a été installé. Il permettra désormais une exploitation optimale du site pendant les 12 mois de l’année.
En effet, les interventions du PASEC s’inscrivent dans le cadre de la réalisation des objectifs de l’Alliance mondiale pour une Agriculture Intelligente face au Climat (AIC). D’apparition récente, le concept de l’AIC est rentré très vite dans le langage courant des techniciens, acteurs administratifs et politiques et producteurs. Cependant, force est de constater que bien d’acteurs n’ont pas une maitrise parfaite de ce concept et surtout des approches et outils pour sa mise en œuvre.

Composante 1

Composante 1 : Investissements pour la mise à l'échelle de l'Agriculture Intelligente face au Climat (68 millions de dollars)

Composante 2

Composante 2 : Pratiques innovantes et amélioration des services en faveur de l’agriculture intelligente face au climat (33 millions de dollars)

Composante 3

Composante 3 : Mécanisme de réaction rapide face à l’urgence (0 dollar)

Composante 4

Composante 4 : Coordination et gestion du projet (10 millions de dollars)

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer