You are here

Formation des femmes de Djoga (CR de Torodi) pour les activités du BDL

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la sous-composante transfert des technologies, il est prévu la promotion des technologies AIC avec l’assistance technique de l’ICRISAT à travers la réalisation des Bio Degraded Land (BDL) dans les communes intelligentes.
Le BDL est une technologie développée par l’ICRISAT. C’est un système de production basé sur la récupération mécanique et biologique des terres dégradées par l’utilisation des techniques de conservation des eaux du sol (CES) et mettant l’accent sur les cultures à haute valeur économique et nutritionnelle. Il est exclusivement réalisé au profit des femmes et permet simultanément d’accroitre la production, de générer des revenus et d’augmenter le pouvoir économique des femmes en leur permettant un accès à la terre.
Ainsi au cours de la campagne agricole qui vient de s’achever (2019), cinq BDL ont été installés dans trois communes à savoir Bandé (Zinder), Torodi (Tillabéri) et Illéla (Tahoua). Ces BDL ont permis de récupérer 10,68 ha et mis en valeur au profit de 401 femmes bénéficiaires et au total, 1181 pieds de pomme du sahel (PDS), 2662 pieds de moringa et 15100 pieds de Bauhinia rufescens ont été livrés et plantés dans les cinq sites.
Pour la suite du processus, il est prévu une série de renforcement de capacité des femmes bénéficiaires de ces BDL à la production de plants. C’est le cas du site de Djoga (commune de Torodi) dont les travaux de renforcements des capacités ont démarré ce lundi 11 novembre 2019 et ce jusqu’au 14 novembre 2019.
Il s’agit à travers cet accompagnement de former les 101 femmes bénéficiaires du BDL de Djoga en technique de production des plants agroforestiers à haute valeur marchande. Ces plants serviront d’une part à alimenter le site du BDL et d’autre part générer des revenus grâce à la vente.
L’objectif visé de cette formation est l’installation d’une pépinière d’une superficie de 150 m² avec une capacité de production de 15 000 plants.
Les femmes bénéficiaires ont elles-mêmes mobilisé le terreau et la fumure organique pour la fabrication du substrat qui va servir au remplissage des pots (dans lesquels les plants seront produits).
Les normes retenues pour la fabrication du substrat sont les suivantes : une brouette de terreaux, une brouette du sable et deux brouettes de la fumure organique (de préférence celles des gros ruminants).
Une fois le substrat obtenu à travers le mélange de tous ces éléments avec de l’eau, les apprenantes ont été initiées au remplissage des pots plastics et à leur alignement en vue de l’ensemencement.
Namata Issa Mamane SRC
Bachard Lamine Kader SQE/GRN

Composante 1

Composante 1 : Investissements pour la mise à l'échelle de l'Agriculture Intelligente face au Climat (68 millions de dollars)

Composante 2

Composante 2 : Pratiques innovantes et amélioration des services en faveur de l’agriculture intelligente face au climat (33 millions de dollars)

Composante 3

Composante 3 : Mécanisme de réaction rapide face à l’urgence (0 dollar)

Composante 4

Composante 4 : Coordination et gestion du projet (10 millions de dollars)

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer