Synthèse et relevée des conclusions de l’atelier de formation de formateurs des élus et des structures décentralisées sur la prise en compte des CC dans les stratégies de développement sectorielles et locales

Rappel du contexte de l’atelier

La République du Niger, à travers le Haut-Commissariat à l’Initiative 3N, a négocié et obtenu auprès de la Banque Mondiale le projet intitulé « Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux Risques Climatiques (PASEC) ». Ce projet se veut de contribuer efficacement aux efforts contre les contraintes majeures qui assaillent les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement afin d’améliorer la résilience et la sécurité alimentaire des communautés locales. Il met l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) au cœur des stratégies nationales et locales du Niger, en matière de changement climatique et d’adaptation afin d’accroître la résilience face aux risques climatiques et à améliorer la productivité des systèmes agro-sylvo-pastoraux au niveau de ses communes cibles.

Le présent atelier de formation des formateurs des élus et des structures décentralisées sur la prise en compte des changements climatiques dans les stratégies de développement sectorielles et locales a été organisé dans le cadre de la convention de partenariat que le Projet PASEC a signée avec le Centre Régional AGRHYMET qui appuie la mise en œuvre de ses activités, à travers notamment la production de supports et d’outils, le renforcement des capacités et échanges d’expériences et la collecte de données nécessaires à la production et à la communication d’informations agro-hydro-climatiques et phytosanitaires adaptées aux besoins des producteurs de sa zone d’intervention. L’atelier vise à renforcer les capacités des participants à se familiariser avec les concepts, de risques climatiques, d’impacts sectoriels et locaux, de genre, de stratégies d’adaptation au changement climatique, de gestion de ressources naturelles et gestion des conflits inter et intra sectoriels.

Déroulement de l’atelier

Tenu du 06 au 11 septembre 2021 à l’Hôtel Toubal de Dosso, l’atelier a été donc organisé par le Centre Régional AGRHYMET afin de former les élus locaux et les cadres techniques des communes/départements capables d’insuffler et d’assurer la prise en compte de la dimension changement climatique dans les politiques et programmes sectoriels et locaux.De façon spécifique, l’atelier visait à permettre aux participants de se familiariser avec les concepts, les outils et les méthodologies d’appui au processus d’intégration des changements climatiques dans la planification, le processus de budgétisation, le processus de mobilisation de ressources d’appui au développement local ainsi que le système de suivi évaluation. Ont pris part à cet atelier, vingt-huit (28) participants venant de dix (10) commues reparties dans les cinq (5) régions d’intervention du projet PASEC au Niger (voir liste en annexe).

L’ouverture de l’atelier a été marquée par deux allocutions :

  • (1) le mot de bienvenue du point focal de PASEC au CRA, Représentant du DG du Centre Régional AGRHYMET, qui a souhaité la bienvenue aux participants et a mis en exergue la pertinence du thème de l’atelier, au regard des effets néfastes de la variabilité et des changements climatiques qui sont déjà perceptibles dans tous les secteurs Socio-économiques et aux différents niveaux (national, sectoriel et local). Aussi a-t-il salué la tenue du présent atelier qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de capacités des cadres nationaux en matière de prise en compte du changement climatique dans les politiques et programmes sectoriels et locaux. Il a aussi remercié la coordination du PASEC pour sa confiance renouvelée vis-à-vis de notre institution commune, le Centre Régional AGRHYMET ;
  • (2) le mot d’ouverture prononcé par le Coordonnateur Régional PASEC de DOSSO. Dans son intervention, il a souligné que cette formation qui vient à point nommé, constitue une opportunité pour sensibiliser et former une masse critique d’acteurs nationaux capables de s’approprier de ces méthodes et outils pour une meilleure résilience des ressources naturelles et des secteurs de production socio-économiques du Niger. Il a invité les participants à une assiduité soutenue pour tirer le meilleur parti des enseignements qui seront dispensés. Il a enfin réitéré sa gratitude et ses remerciements aux partenaires techniques et financiers du PASEC, en particulier la Banque Mondiale et le CILSS, pour leurs appuis. Sur ce, il a déclaré ouverts les travaux de l’atelier.

Après la cérémonie d’ouverture, les travaux ont commencé par la présentation : (i) de l’agenda et son adoption, (ii) des participants et leurs attentes (iii) des objectifs de l’atelier. A l’issue de cette session des rapporteurs journaliers ont été désignés selon les Régions représentées.

Les travaux proprement dits de l’atelier ont démarré avec la présentation d’un Quiz sur les concepts et quelques connaissance sur le changement climatique et des principaux modules de la formation à savoir (i) Comprendre les fondements scientifiques des changements climatiques, Liens entre le changement climatique et le développement : Variabilité et changements climatique actuel et futures au Niger ; (ii) Risques climatiques et impacts sectoriels (agriculture, élevage, ressources en eau/pêche et Foresterie) au Niger, (iii) Cadre de la planification et de budgétisation au niveau sectoriels (agriculture, élevage, ressources en eau/pêche, Foresterie), (iv) Outils de sensibilisation et d’analyse de la vulnérabilité des impacts et l’adaptation/atténuation, (v) Pratiques  d’agriculture, d’élevage et de foresterie intelligentes face au climat et outils de sélection et de priorisation et discussion, (vi) Mise à échelle au niveau sectoriel : estimation des coûts, sélection et priorisation des options d’adaptation et d’atténuation ; (vii) Intégration du CC dans le système de suivi évaluation sectoriel ; (viii) Prise en compte du genre dans le processus PASEC au Niger; (ix) Gestion des ressources naturelles et des conflits sectoriels et intra sectoriels liés à celles-ci et (x) les TDR des travaux de groupes sectoriels.

Après les différentes présentations faites par les experts du Centre Régional AGRHYMET, les participants ont été répartis en 2 groupes de travaux pratiques (groupe agriculture et groupe élevage) pour faire des exercices sur l’identification et la hiérarchisation des risques climatiques, l’élaboration de matrices d’impacts, l’élaboration de matrices d’adaptation, la formulation d’options d’adaptation à partir d’un ensemble de mesures d’adaptation cohérent et leur priorisation. L’atelier a, en outre, permis aux participants de se familiariser avec les outils de mise à échelle des pratiques d’agriculture intelligente face au climat, notamment l’évaluation des coûts et bénéfices des investissements agricoles et leurs effets au plan macroéconomique (production additionnelle nationale et mise en cohérence avec les politiques, projets et programmes nationaux, nombre de populations ou de bétail nourris en plus, la quantité de carbone séquestrée, etc.). Ces travaux de groupe ont permis aux participants de formuler des idées de projets par secteur et un projet structurant et prioritaire pour chacun des secteurs portant sur le « renforcement de la résilience des écosystèmes et des communautés locales face aux évènements climatiques extrêmes ». Ces projets structurants ont été analysés en lien avec les politiques nationales (I3N, Stratégie Nationale Climat,…..). A la suite, des échanges et discussions, quelques recommandations ont été faites.

Recommandations

A l’endroit du Gouvernement :

  • Promouvoir l’intégration du changement climatique dans les processus et politiques de planification des PRD (Plan Régionaux de Développement) PDCs (Plan de Développement Communaux) et appuyer leur mise en œuvre ;
  • Mobiliser les partenaires techniques et financiers pour appuyer les Région et les communes dans la prise en compte de la dimension changement climatique dans les politiques sectorielles et locales de développement
  • Poursuivre le renforcement des capacités des acteurs sur l’intégration du changement climatique dans les politiques de développement au Niger

A l’endroit du projet PASEC :

  • Poursuivre le processus de l’intégration du changement climatique dans les politiques sectorielles et locales, à travers la mise en œuvre de la feuille de route élaborée au cours de l’atelier et l’élargissement de la formation aux élus régionaux et nationaux ;
  • Communiquer et mobiliser l’ensemble des acteurs nationaux autour de la question de l’intégration du changement climatique dans les politiques sectorielles et locales ;
  • Renforcer et veiller à la prise en compte du genre dans la mise en œuvre de ses activités

A l’endroit des communes

  • Restituer les résultats des travaux de l’atelier aux différents conseils communaux et susciter leur adhésion pour la poursuite du montage des projets structurants (en lien avec la feuille de route),
  • Prendre des initiatives pour accompagner financièrement l’aboutissement des projets formulés

A l’endroit des institutions de formation :

  • Promouvoir l’intégration du changement climatique dans les programmes de formation

A l’endroit des participants :

  • Restituer les travaux de cet atelier au niveau de chaque services déconcentré (agriculture, élevage, environnement, génie rural).

Fait à Dosso le 11 Septembre 2021

Categories: Non classé